La Old Hop, c’est fort en houblon

Table des matières

C’est avec un certain abattement que nous apprenons qu’Aurélien Locard met un terme à l’aventure de la Old Hop. Nous l’avions rencontré dès les débuts de notre blog. Autodidacte, Aurélien se démarquait par une production qui décline les India Pale Ales : Red, Black, Session, New England ou Wheat… Du houblon et encore du houblon !

Est-ce que tu veux bien remonter le temps pour nous ?

Depuis tout gamin, je traîne en cuisine. Pourtant, au collège, je me souviens être tomber sur le métier de brasseurs dans un livre sur l’orientation qui trainait au CDI et de m’être dit que je ne ferais jamais ce métier-là. Je ne connaissais que les bières bas de gamme… (Rire). Après mon BEP, je travaille alors quelques années dans la maintenance des stations de lavage. Mais, la cuisine est toujours dans ma tête.

Qu’est-ce qui a provoqué le déclic ?

En 2009, j’ai une révélation. Je découvre la « vraie » bière en dégustant une Westmalle Tripel. Son amertume m’a ouvert de palais. Avant, je buvais des bières industrielles comme tout le monde. Cette même année, j’ai ouvert le Snack my Dwitch’Up, un fast-food sur Rennes. Au début, j’y servais les bières bretonnes classiques (Coreff, Britt et Lancelot). En 2014, je commence à brasser ma propre bière pour mon restaurant. Comme ceux qui les goutent les trouvent bonnes, je me décide de m’installer fin 2016.

Aurélien Locard Old hop
Aurélien Locard dans sa brasserie.

Quand lances-tu la Old Hop dans l’univers brassicole ?

En 2017, je reviens en Normandie (Aurélien est un Virois qui a vécu à Houlgate) et crée la brasserie Old Hop près de Caen. J’ai choisi le nom Old Hop pour faire clin d’œil au braquage que les microbrasseries opèrent sur les groupes industriels. En plus des bières, je développe un peu de merchandising avec Oré, l’artiste de streets-art normand. Je propose des verres de dégustation sérigraphié, des sacs à commissions et des t-shirt. Je suis un vrai autodidacte passionné… au grand désespoir de mes proches. Présent 7/7j à la brasserie, ça devient compliqué d’être seul pour bien travailler (brasser, démarcher, gérer…). Je vais garder mon apprentis, si ça le fait.

Pourquoi as-tu axé la production de la Old Hop sur les IPA, des bières très houblonnées ?

Je n’aime pas trop les bières où il y a trop de levures. Comme j’ai appris seul en suivant des conseils ou en lisant des bouquins et des sites internet spécialisés. Je brasse donc celles que j’aime le plus, les IPA. En ce moment, je ne bois que ma Sour mangue passion

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dernières brasseries ajoutées

Brasserie de Launay

La brasserie de Launay produit et diffuse ses bières dans le nord de la Bretagne, à travers le Pays de Saint Brieuc, « Bro Sant Brieg » en breton

Microbrasserie L’éveilleuse

La microbrasserie de David Léveillé propose depuis 2019 quatre bières différentes : la Montaigu, la Lavalloise, la Mayennaise et l’Erve.

La Chahuteuse

Pas du genre à se faire mousser, Romain Bednarowicz (frère de Dave, le créateur de la Belle Joie) a fondée la Chahuteuse en 2020 à Argentan dans l’Orne (61).

La Brasserie Normande

Suite à une reconversion professionnelle, Christophe Beyon produit La Léopard, une blonde pétillante, depuis 2019 à Avranches, en Normandie.

error: Notre contenu est protégé.