Au pied de leur arbre, ils vivent heureux !

C’est pô banal ! Le parcours que Gaëlle et Grégory Biet ont réalisé l’est assurément. Tous les deux ingénieurs dans l’industrie, ils ont lancé en 2022 la Pontacus, une brasserie artisanale à Pontacq, au cœur du triangle Pau-Tarbes-Lourdes. Au passage, les amateurs de bières de la région peuvent remercier le Covid…

À l’ombre d’un grand chêne

Gaëlle est normande et Grégory nordiste… C’est ce mélange détonnant qui a permis la création d’un lieu atypique dans ce coin des Pyrénées, la brasserie Pontacus. Plus qu’un atelier de brassage quoi ! « La microbrasserie a été pensée comme un lieu de vie, avec un brewpub (le couple a voyagé au Canada. NDLR) accolé à l’espace de production », détaille Grégory, toujours salarié chez Teréga à Pau et qui assure la partie technique et la production.

L’ambiance y est cosy et familiale. Le plus, c’est la terrasse à l’ombre d’un grand chêne et de palmiers. Le tout en plein cœur d’un village béarnais au pied de remparts médiévaux. Gaëlle a carrément lâché son job dans l’aéronautique pour se consacrer uniquement à la brasserie et assure la gestion de la brasserie. « Nous animons ce lieu de façon diverse et variée avec des concerts, expos, soirée jeux ou théâtre », détaille-t-elle.

La terrasse, à l’ombre d’un grand chêne et de palmiers, assure à la clientèle une ambiance cosy et familiale en plein cœur d’un village béarnais.

C’est un beau roman, c’est une belle histoire…

Comme souvent, le déclic est simple, basique. « C’est la belle histoire du projet, raconte Grégory. Il y a 7 ans, Gaëlle m’a offert un kit de fabrication de bière domestique. J’ai beaucoup aimé et de brassins et brassins, j’ai été amené à en produire plus sur une installation faite maison. »

Les avis recueillis auprès des goûteurs de la première heure (famille, amis et voisins) les ont incités à aller plus loin. « On a fait une première sortie « officielle » lors du passage du tour de France dans le village en 2019 », se souvient Gaëlle. C’est ce jour-la qu’on a su que ça pouvait marcher. » Enfin, la suite de l’aventure s’écrit avec le COVID, un plan social, l’achat de bâtiment et beaucoup de travaux (un an tout de même).

Les collab’ tente beaucoup la Pontacus

Pour renforcer ses acquis empiriques, Grégory s’est formé. Ainsi, il a passé deux semaines au côté d’Alexis et Charlotte de la brasserie Bio Jean Brasse, à Gimont, dans le Gers, avant l’ouverture de la Pontacus. Gaëlle a également suivi une formation à la brasserie Le Château de la Bière, en Normandie. « Nous avons une base de bières permanentes (blonde, ambrée, IPA, brune et blanche). On teste de nouvelles recettes (white IPA, NEIPA, black IPA) et en fonction du retour des clients on les intègre aux permanentes. Pas de collab’ aujourd’hui avec un collègue mais ça nous tente beaucoup ! », précise Gaëlle.

Pontacus jb quentin

C’est Grégory qui assure la partie élaboration des recettes de bières. « Pour les styles on échange beaucoup entre nous sur ce qui pourrait plaire. Nous sommes naturellement à l’écoute de nos clients, insiste-il. Par exemple, je ne suis pas fan des bières aux fruits mais la demande est telle qu’on va en faire une.  Par ailleurs, nous allons la brasser en local avec un producteur de fruits d’ici pour rester dans ce qui nous anime. »

Quelques jours de vacances… si possible

Par ailleurs, pour garder le rythme et maintenir l’activité de la brasserie Pontacus, Gaëlle et Grégory ont une ligne directrice bien claire. « D’abord, nous voulons brasser des bières que nous aimons. Ensuite, nous avons aussi envie de transmettre un peu de notre passion pour le produit afin de faire comprendre toute sa complexité et toute sa richesse », lance en chœur le couple. Rien de tel que de faire aimer la bière à quelqu’un qui n’en boit jamais. »

La création d’un lieu authentique et chaleureux a favorisé la proximité avec le client, l’exposition directe et l’échange sur le produit autour d’une bière fraîchement servie. « La cerise sur le gâteau, c’est de voir le brewpub vivre, surtout les soirs de concert », assure Gaëlle avec un large sourire. Le duo a des projets en tête. De nouvelles recettes, des concerts jazz, quelques travaux et qui sait quelques jours de vacances… Pour conclure, c’est tout le mal que l’équipe de mesbieres leur souhaite.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

©mesbieres

Dernières brasseries ajoutées

La Brasserie de l’Arbre

En février 2021, Jean Boisnard a fondé La Brasserie de l’Arbre, à Bagnoles-de-l’Orne, une région davantage associée au cidre et au poiré.

La Ferme des Chèvres Brasseuses

Marc et Sophie Burgerjon ont crée la Ferme des Chèvres Brasseuses dans l’exploitation familiale d’Authieux-du-Puits, prêt du Merlerault (61). Sophie brasse et Marc fabrique des fromages de chèvres.

Brasserie La Bonlohi

Matthieu Laclaire ouvre la Brasserie La Bonlohi au cœur des Hautes Vosges, à Gérardmer, en 2023. Après de multiples essais, une formation à Nancy et un an de travaux, il quitte son emploi d’ingénieur et se lance.

La Brasserie Feloni

C’est avec l’envie de tourner une page professionnelle que Félix Saulle a créé la Brasserie Feloni au Vigan, au cœur des Cévennes.

error: Notre contenu est protégé.